Prezi planche du projet sEv

Voici un prezi rapide de la planche du stand de mon projet. Elle résume les étapes de réflexion, les scénarios du projet et également le scénario futur, véritable objectif du projet. Dans le scénario futur, il n y a plus d objet intermédiaire entre l’homme et l’arbre, mais un système de connexion grâce à un corps augmenté, une sauvegarde des souvenirs tels qu ils sont perçus dans le cerveau et un échange via des informations bio synthétique, semblable aux informations chimiques qu’utilisent les plantes pour communiquer entre elles. Ainsi peut être les souvenirs de l utilisateur seraient partagés avec ceux de l’arbre. Un premier pas vers une communication avec la nature ?

Mémoire en ligne : le rythme et les hommes

A l’origine du projet, un mémoire sur les hommes et le rythme. J’ai étudié les rapports étroits entre le rythme et les hommes. Le rythme conditionne l homme, l homme utilise le rythme. Chacun créateurs de l’autre.

Vidéo du projet sEv

Les arbres gardiens des souvenirs

Projet sEv

Sev est un projet qui permet à l homme de contenir sa mémoire dans un arbre vivant.
L’arbre, planté à la naissance comme cela se fait dans de nombreuses traditions, devient un alter ego végétal. Il est la coordonnée 0 de la personne, une présence permanente et figée de son existence sur Terre. Même après la mort, l’arbre continu d’incarner l’individu.
Aussi l’arbre portera sa mémoire. En créant un rituel autour de la rencontre entre l’homme et l’arbre, l’individu vient partager ses souvenirs. Grâce à un gant (je voulais garder intacte la sensation du contact physique avec l’écorce de l’arbre), la personne peut enregistrer ses souvenirs de type image, son, parfum. Le gant possède pour cela une caméra, des capteurs olfactifs et bien sûr une mémoire.
Cette mémoire est une sorte d’éprouvette qui contient les instants précieux. Elle est blottie dans le creux de la main quand elle enregistre. Une fois pleine, l’utilisateur la retire et vient la greffer sur l’écorce de son arbre. L’arbre va ensuite protéger la mémoire en la recouvrant d’écorce. En 1 an la mémoire sera totalement intégrée dans le bois et les stries de l’arbre permettront d’identifier l’époque de la mémoire.
Au fur et à mesure que la personne grandie, elle alimente l’arbre de souvenir. L’arbre grandit en symbiose avec la mémoire.
En revenant au près de son arbre, on peut retrouver, re-entendre, re-voir ou re-sentir ses souvenirs. Il en sera de même pour les proches même une fois la mort passée.
Ainsi l arbre conserve la présence et une mémoire vivante de l’être.